Tournée des Ecraignes en Août

Spectacle Champêtre pour toute la famille

Louise Michel, native de Haute-Marne, raconte dans ses Mémoires comment sa grand-mère l’emmenait régulièrement assister à des « Ecraignes », veillées où des femmes se réunissaient dans le plus grand secret.

Lors de nos Ecraignes, les hommes sont les bienvenus !

La compagnie vous propose une rencontre dans un lieu merveilleux avec 3 filles, 1 gars, des voix, des musiques, venus vous raconter des contes et légendes d’ici ou d’ailleurs.

le 10 à Recey Sur Ource (21)

autour du Lac du Dr Parisot
14 h : rendez-vous au camping du lac du Dr Parisot pour une ballade découverte guidée par Laurent Soret et la compagnie le Rocher des Doms.
18 h : repas tiré du sac à la Carrière (en face du parking)
20 h : Contes et légendes Les Ecraignes à la Carrière (repli à la salle des fêtes en cas de pluie)

le 11 à Beaunotte (21)

au Manoir de Tarperon
(Jauge limitée—Réservation obligatoire au 06 84 12 12 64)
18 h : rendez-vous au Manoir de Tarperon, visite du parc par sa propriétaire et la Compagnie Le Rocher des Doms.
19 h : repas tiré du sac
20 h : Contes et Légendes Les Ecraignes (replis dans l’ancienne salle du restaurant en cas de pluie)

le 12 à Saint Loup Sur Aujon (52)

– Derrière La salle des Fêtes
16 h 00 : à la salle de fêtes pour une balade dans les bois
18 h 30 : Pause repas (tiré du sac) ou
Menu unique pour 13 € (boisson non comprise) aux Rives de l’Aujon (sur réservation au 0325847602  – code ECRAIGNES)
19 h 30 : Contes et Légendes Les Ecraignes (repli à la salle des fêtes en cas de pluie)

le 13 à Cusey (52)

Rendez-vous au Creux Janin
(repli à la salle des Fêtes en cas de mauvais temps)
18 h : pour une visite du site et repas tiré du sac
19 h 30 : Contes et Légendes Les Ecraignes

Avec Laurence Boyenval, Caroline Fornier, Sylvain Marmorat et Evelyne Peudon au violoncelle.

Toutes les précisions sur les dates, les horaires et les lieux de rendez-vous par téléphone au 06 84 12 12 64

Tarif libre à l’entrée ou à la sortie (dans le chapeau)

La Fille Bien Gardée en août à Dijon

ATTENTION L’HORAIRE EST 19 H 30

Pour acheter votre billet en ligne, c’est ICI

Théâtre par la Compagnie Professionnelle Le Rocher des Doms

Jeu  : Lison Goillot, Adeline Moncaut, Lolita Huguenin, Loïc Galenski, Sylvain Marmorat et Evelyne Peudon au Violoncelle

Comédie Vaudeville en un acte de Eugène Labiche

Personnages

La Baronne de Flasquemont, avec des obligations mondaines, élevant sa fille seule, confiante 

Marie, sa femme de chambre et Saint-Germain son chasseur, deux domestiques peu scrupuleux, fourbes et menteurs.

Rocambole, carabinier

Tous sont sympathiques.

 C’est samedi soir, La Baronne de Flasquemont sort et confie sa fille à la bonne garde de ses deux serviteurs, Marie, et Saint Germain. Heureux d’avoir le champ libre, persuadés que la fillette qui vient de s’endormir ne s’apercevra de rien, ils décident de se rendre au bal Mabille situé sous leur fenêtre. Berthe se gardera toute seule ! Mais la fillette va contrarier les projets de Saint-Germain et de Marie.

Les caricatures vont bon train, l’intrigue de la pièce est entièrement fondée sur le comique de situation.

Pour acheter votre billet en ligne, c’est ICI

Les Ecraignes en Juillet dans le parc national de forêts en Champagne et Bourgogne.

Depuis plusieurs mois, nous publions des articles sur le spectacle que nous proposons cet été « Les Ecraignes » (tous visibles en cliquant sur ce lien ici)

Ca y est, Caroline, Evelyne, Laurence et Sylvain partent en tournée !

En juillet avec les apprentis comédiens de La Montagne (52) pour 4 dates

le 16 à Aprey, le 17 à Montsaugeon (52), le 23 à Vals des Tilles (52), le 24 aux Chalets de la Vingeannes (52)

Pour chaque date, trois rendez-vous vous sont proposés.
Le premier en début d’après-midi, pour une balade guidée et agrémentée par la troupe des apprentis comédiens de la Montagne,
Le deuxième pour une pause repas tiré du sac ou selon les organisateurs possibilité de se restaurer sur place,
Le troisième pour une rencontre dans un lieu merveilleux avec 3 filles, 1 gars, des voix, des musiques, venus vous raconter des contes et légendes.

Avec Laurence Boyenval, Caroline Fornier, Sylvain Marmorat et Evelyne Peudon. Un guide pour chaque balade, (et les apprentis comédiens de la Montagne et leurs encadrants Auriane, Emeline, …..)

Toutes les précisions sur les dates, les horaires et les lieux de rendez-vous
sur la page calendrier du blog
Participation financière libre.

Il y aura aussi 4 dates en Août en Côte d’Or et Haute-Marne mais sans les apprentis comédiens.

Louis-Marie DESPREZ en quelques dates

Ecrivain naturaliste français

20 juin 1861 : naissance à Chaumont (Haute-Marne). Fils de Claude DESPREZ, professeur et de Marie-Jeanne Antoinette SARAZIN, morte en couche en 1864.

1871 : Louis-Marie DESPREZ est victime d’une grave chute qui va le rendre infirme jusqu’à la fin de sa vie. Plusieurs versions existent au sujet de son accident. Henry FEVRE explique que Louis aurait glissé sur la neige alors qu’une autre version parle d’un coup porté par une vache. Il souffre d’une coxalgie (douleur au niveau de l’articulation de la hanche, avec limitation des mouvements, contractures, atrophie musculaire) qui va évoluer vers l’ankylose (limitation partielle ou totale de la mobilité d’une articulation). Cette maladie est à l’origine de sa démarche instable. Immobilisé pendant trois ans, il se réfugie dans les livres. C’est ainsi que son goût pour la littérature prend forme. C’est également durant cette sombre période qu’il rencontre son ami Henri FEVRE, fils d’une amie de Claude DESPREZ, venue lui rendre visite avec son frère.

1883 : sortie de son roman « Autour d’un clocher », écrit avec la collaboration de son ami Henri FEVRE. Admirateur d’Emile Zola, son roman raconte la liaison d’un prêtre et de son institutrice. A la suite de sa publication, un scandale éclate, conduisant à un procès et à une incarcération. De nombreux écrivains et intellectuels français furent scandalisés par l’ampleur de cette affaire, dont Zola, qui rédigea un article à ce sujet. Un journaliste qualifie son livre de « malpropre », un autre explique qu’’il s’agit « d’un mauvais livre et un livre mauvais dans tous les sens ». Certains auteurs, au contraire, le défendent, à l’instar de Guy de MAUPASSANT : « C’est un tableau de mœurs, brutal il est vrai, mais écrit avec conviction par un auteur très jeune, trop jeune, mais qui promet ».

20 décembre 1884 : Louis DESPREZ comparaît devant la cour d’assises de Paris, accusé de délit d’outrage aux bonnes mœurs. Il comparaît seul, son éditeur Kistemaeckers ayant décidé de ne pas se présenter devant la cour. L’éditeur envoie une lettre au juge d’instruction, prétextant qu’il n’a aucun compte à rendre à la justice française. Seul Louis DESPREZ est condamné, il décide de retenir toutes les charges contre lui afin de protéger son ami Henri FEVRE. Il est placé dans le quartier des détenus politiques, au Pavillon des princes mais sa maladie va s’aggraver en phtisie (tuberculose pulmonaire).

Il sort de prison le 10 mars 1885. Il continue d’écrire et évoque la rédaction d’un roman, intitulé dans un premier temps « l’amour phtisique » puis « Lit de famille ». On ne retrouvera à sa mort qu’un plan griffonné. Il rédige également un manifeste, dans lequel il parle de ses conditions de détention en prison.

8 décembre 1885 : Mort à Rouvres-sous-Lignol (Aube), des suites de sa grave maladie. Sa mort suscite une vague de protestations et de consternations : « Ceux qui ont tué cet enfant sont des misérables » (E.Zola, 1885).

Pas de photo libre de droit

Emile JOLIBOIS en 15 dates

Historien et archiviste français

6 mai 1813 : naissance à Chaumont, en Haute-Marne.

1830 : obtient une place d’employé de mairie à la ville de Chaumont, en Haute-Marne.

1833 : il obtient son titre de bachelier en lettres.

1837 : il commence ses publications par une note sur Edmé BOUCHARDON.

1838 : il entre à la commission départementale des antiquités de la Côte d’Or.

1842 : il est admis à l’Académie Nationale de Reims.

1847 : il entre à la Société historique et archéologique de Langres.

1849 : Il se tourne vers le journalisme et participe au journal le Rhin, puis le Républicain du Rhin avant de collaborer au Républicain alsacien.

1856 : parution de son ouvrage Histoire de la ville de Chaumont.

1858 : auteur d’un Dictionnaire de la Haute-Marne, il y décrit à titre d’exemple le concept des Ecraignes. Il suppose que « à l’origine, les Ecraignes du Moyen-Age étaient des espèces de réduits en partie souterrains, qu’on recouvrait de branchages et de terre pour y concentrer la chleur et peut-être pour y couvrir les parfums de soufre ».

1859 : nommé aux archives départementales du Tarn. Il fut aussi archiviste de la ville d’Albi, Fondateur de la « Revue historique, scientifique et littéraire du département du Tarn » et de la « Société littéraire et scientifique du Tarn ».

1861 : il devient membre de la Société littéraire et scientifique de Castres.

1872 : parution de son ouvrage Albi au Moyen-Age : Essai sur l’histoire économique de cette ville.

1877 : il reçoit le prix de l’Amour du travail de la ville d’Albi, l’épi d’or de la fondation Rodière.

31 mars 1894 : mort à Albi (Tarn).

Pas de photo libre de droit.