Accueil »

Une belle interprétation de L’Amante anglaise – BP 10/02/2013

10 février 2013 commentaires

Trois comédiens à l’interprétation magistrale pour un texte exigeant.

La compagnie Le Rocher- des-Doms a interprété jeudi, au Polygone (à Chevigny 21), la pièce de Marguerite Duras, L’Amante anglaise.

Cinquantenaire sans enfant et sans profession, mariée depuis vingt ans avec Pierre, Claire Lannes a assassiné puis dépecé sa cousine sourde et muette. Du haut du pont de Viorne, elle en a jeté les morceaux dans divers trains de marchandises. Facilement confondue par la police, elle avoue le crime, mais ne parvient pas à l’expliquer, de même qu’elle ne consent à révéler ce qu’elle a fait de la tête, demeurée introuvable…

À partir d’un fait divers lu dans les journaux, Marguerite Duras invente un interrogatoire théâtral entre trois protagonistes : Claire Lannes, son époux Pierre et l’interrogateur, qui pourrait être, un psychologue ou un journaliste. Claire Lannes joue et se joue de son interlocuteur.

Le spectateur s’identifie à l’interrogateur, souhaite comprendre le pourquoi de ce crime. Parfois on rit, parfois on est horrifié, offusqué mais on est toujours tenu en haleine par ce huis clos aux limites de la folie.

Un texte exigeant mais magistralement interprété par les comédiens et en particulier par la tragédienne Laurence Boyenval qui a réalisé une véritable performance artistique.

À l’issue de la représentation, les artistes ont rencontré le public pour un temps d’échange passionné.

Commentaires

  1. [...] pas du tout flatteur, voir destructeur, (mais depuis nous en avons eu un nouveau suite à Chevigny une-belle-interpretation-de-l%E2%80%99amante-anglaise-bp-10022013-1271), nous avons reçu énormément de témoignages de spectateurs indignés par cette publication et [...]