Accueil »

L’Amante Anglaise – Le Bien Public – 25 nov 2014

27 novembre 2013 commentaires

Semur-en-Auxois : Marguerite Duras jouée au lycée Anna-Judic

 

  • Un public composé essentiellement de lycéens de l’option théâtre.
  • Au cours de la journée, les comédiens Sylvain Marmorat, Laurence Boyenval et Christian Fregnet sont intervenus dans différentes classes.    Photos Pierre Faure-Sternad

La salle Bozonnet du lycée Anna-Judic a accueilli deux représentations de L’Amante anglaise , une pièce de Marguerite Duras.

Jean-Marc Rémy, Stéphanie Gadreau et Yves Moalic, professeurs associés aux formations en option théâtre du lycée Anna-Judic, ont proposé aux élèves et au public semurois deux représentations de L’Amante anglaise , pièce de théâtre de Marguerite Duras créée en 1968 et interprétée, mercredi et jeudi, salle Bozonnet, par les comédiens de la compagnie Le ­Rocher des Doms.

La pièce est issue d’un fait divers criminel datant de 1949, dans lequel une femme a assassiné puis dépecé sa cousine sourde et muette et en a jeté les morceaux dans divers trains de marchandises… Marguerite Duras en avait tiré un roman en 1967, puis une pièce dans laquelle elle invente un interrogatoire théâtral entre Claire Lannes, la meurtrière, son époux Pierre et l’interrogateur.

Laurence Boyenval dans le rôle de la tueuse, Sylvain Marmorat dans le rôle de l’interrogateur et Christian Fregnet dans celui de l’époux jouent avec justesse et dépouillement ce “huis clos aux limites de la folie”, dont la mise en scène s’inspire des conseils de Michael Lonsdale, l’un des premiers interprètes dans le rôle de l’interrogateur : « Ne pas figer, se laisser porter par le texte. Pas de psychologie, pas de référence, seulement trois voix. Il faut “être” ».

Pour la plupart des élèves présents dans la salle, il s’agissait d’une première rencontre avec l’œuvre de Marguerite Duras. « Pour moi, c’est important d’être ici ce soir. Dans notre formation, on joue du théâtre alors il faut aussi aller au théâtre. C’est un apport culturel et une ouverture d’esprit », confiait une élève de terminale option lourde.

Pour terminer la soirée, les comédiens, qui sont intervenus dans les différentes classes au cours de la journée, proposaient un échange informel autour de la représentation.